Jump to content

Stevan Jovetić


TSO
 Share

Que faire de Jovetic à un an de sa fin de contrat ?  

85 members have voted

  1. 1. Que faire de Jovetic à un an de sa fin de contrat ?

    • A garder sans le prolonger
    • A garder et à prolonger
    • A vendre


Recommended Posts

Il y a 1 heure, nandofan a dit :

 

et encore ue fois vous prenez la phrase hors contexte dans le sens qui vous arrange. Quand il à dit ça, Lemar était loin d'être le joueur qu'il est devenu au cours de la saison 2016-2017... Je vous invite juste à repensez à la première saison de ce dernier chez nous.

Faux il était performant, je me souviens d’ailleurs de sa superbe entrée au stadium en tout début de saison où il illumine une équipe totalement aux fraises 

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Oui au début de saison Jardim ne comptait absolument pas sur Lemar.

 

Quand il fait jouer l’équipe B à Toulouse, Lemar n’est que sur le banc. 

 

Ce n’est que grâce à sa rentrée ici et face à Valence au retour qu’il a gagné sa place.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Stefan Jovetic (Monaco) : «Cette saison, je la sens bien»

Le 10/08/2018, mis à jour le 10/08/2018 à 17:52
Régis Testelin

Après une première saison en dents de scie à Monaco, le Monténégrin Stefan Jovetic espère échapper à ses fragilités physiques pour redevenir le grand buteur qu'il a été.

MONACO - Pendant tout le temps de l'entretien, jeudi, au centre d'entraînement de l'ASM, à La Turbie, il a joué avec un ballon, le balançant d'une main à l'autre, entre ses jambes. Personnage timide mais ambitieux, Jovetic trépigne ; il est temps que ça commence. Après une première saison perturbée par trois blessures, puis des vacances passées à Bodrum, en Turquie, il se sait attendu, comme Youri Tielemans ou Keita Balde. Sur son bras gauche, de nombreux tatouages, un ange qui le protège, un phare, le pont des Soupirs de Venise, ou quelques mots dédiés à sa famille. « Que des choses que j'aime et que je trouve belles », dit-il. Sur son genou droit, la cicatrice de 2010, qui continue malgré lui à le poursuivre. Et dans sa tête, toutes ses statistiques, ses buts et ses « assists » (passes décisives), comme il dit, saison par saison et club par club, qu'il récite instinctivement et sans erreur. Si le Monténégrin de vingt-huit ans pouvait en finir avec les pépins musculaires qui freinent sa progression, il disputerait probablement le classement des buteurs, avec Edinson Cavani et les autres. Ce sera peut-être pour cette saison. Et c'est ainsi qu'il le sent.

« Quand on est international Monténégrin, on passe la Coupe du monde devant la télé. Ça n'a pas été trop dur cette fois ? 
Je n'ai pas vu tous les matches, seulement ceux où j'avais des copains. J'ai regardé ceux de "Suba", de Falcao, de Glik, de Keita, Lemar ou Sidibé. Ça, c'est juste mes copains d'ici, mais j'ai aussi joué avec Agüero à City ou Miranda à l'Inter... À l'arrivée, ça fait pas mal de matches quand même. Le Monténégro est un petit pays et on se bat toute l'année comme des malades pour tenter de jouer des grands tournois. On part de loin, mais on n'était pas loin les dernières fois. J'espère qu'on le fera au moins une fois avant que j'arrête la sélection. Jouer un Euro ou une Coupe du monde, c'est mon rêve.

Subasic est Croate, vous Monténégrin. Il est votre meilleur ami ici. 
On parle la même langue, on vient de la même région, on s'est tout de suite trouvés. Mais je parle aussi anglais, italien et espagnol et, dans ce vestiaire, c'est pas mal. Je suis copain avec tout le monde. Je passe du temps avec "Suba" mais chacun a sa vie ici, il vit avec sa fiancée, moi aussi. On dîne parfois ensemble.

Comment avez-vous vécu votre première saison à l'AS Monaco ? 
Quand je fais le bilan, je la trouve plutôt bonne. Je n'ai pas beaucoup joué, mais le peu de matches que j'ai joués, je pense avoir été bon et j'ai quand même marqué. L'équipe aurait pu faire mieux, et moi aussi. Surtout en Ligue des Champions. C'est notre grand regret, on n'a pris que deux points. Il faudra faire mieux, mais on verra d'abord le tirage au sort car on sera dans le troisième chapeau. On va tomber contre des grosses équipes, j'adore affronter les gros.

«Franchement, marquer huit buts (en Ligue 1, la saison dernière) avec ce temps de jeu, ça me va. Ce n'est pas le ratio que je dois améliorer, c'est le temps de jeu»

Vous avez marqué huit buts en Ligue 1 la saison dernière. Cela vous convient-il ? 
J'ai joué seulement quinze matches de Championnat à cause de plusieurs blessures et j'ai été sept fois titulaire. Franchement, marquer huit buts avec ce temps de jeu, ça me va. Ce n'est pas le ratio que je dois améliorer, c'est le temps de jeu. J'aimerais jouer plus, je sais que je peux apporter plus.

À votre arrivée à Monaco, vous aviez la réputation d'être un beau joueur mais fragile. Malheureusement pour vous elle s'est confirmée. C'est quoi le problème ? 
Je n'en sais rien. Je fais le maximum... si vous saviez. Je suis pro, je fais attention au sommeil, à l'alimentation. Je fais tout pour ne pas casser et avoir de blessures musculaires.

Vous avez changé quelque chose à l'intersaison pour gagner en résistance ? 
Oui j'ai changé quelques trucs. J'ai surtout fait une super préparation, avec zéro blessure, je commence la saison en étant à 100 %. Dans quinze jours, on va attaquer les matches tous les trois jours et je pense avoir tout fait pour être prêt. Mais parfois, tu ne sais pas pourquoi, la blessure arrive.

D'où vient cette fragilité ? 
De ma blessure au genou droit, en 2010 (le 9 août, à l'entraînement), quand j'étais à Florence. Je me suis rompu les ligaments croisés et j'ai aussi eu un problème de ménisque. Je suis revenu à mon meilleur niveau, mais quand vous avez ce genre de blessure, ça entraîne souvent des déséquilibres et des blessures musculaires. Tous les joueurs sont soumis à cela. Avant cette blessure, je n'avais jamais rien,. La saison passée, j'ai eu trois blessures, une au mollet et deux à la cuisse, mais je suis revenu vite. Je récupère mieux, je me sens plus fort.

Vous sentez que c'est la bonne saison ? 
Oui, au fond de moi, cette saison, je la sens bien.

On a du mal à savoir quel est votre positionnement préféré sur le terrain ? 
Je n'ai pas joué sur un côté depuis cinq ou six ans, ce n'est pas mon truc. Ma place, c'est soit en 4-4-2, avec un autre attaquant à côté de moi ; soit comme second attaquant, derrière l'avant-centre. En équipe nationale, j'ai beaucoup de liberté de mouvement et ça ne marche pas trop mal.

Jardim prétend que vous avez un profil similaire à celui de Falcao, qui peut rendre difficile votre association, sauf à jouer contre des blocs adverses très bas. 
On a déjà joué ensemble la saison passée. Je pense que je peux jouer en soutien de Radamel, il est plus un pur n° 9 que moi.

Quelle est votre plus belle saison sur un plan personnel ? 
Je crois que ce sont les deux saisons qui ont suivi ma blessure au genou, à Florence, 2011-2012 et 2012-2013. Sur ces deux saisons-là, je dois être à 27 buts et 21 passes décisives. Je n'ai quasiment jamais été blessé. Ce sont ces sensations que j'ai envie de retrouver. Je sais que je peux faire plus, je sais que les gens attendent plus de moi. Je vais avoir pas mal de responsabilités en ce début de saison, mais je ne sens pas de pression ».

  • Like 13
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, lotfy a dit :

Stefan Jovetic (Monaco) : «Cette saison, je la sens bien»

Le 10/08/2018, mis à jour le 10/08/2018 à 17:52
Régis Testelin

Après une première saison en dents de scie à Monaco, le Monténégrin Stefan Jovetic espère échapper à ses fragilités physiques pour redevenir le grand buteur qu'il a été.

MONACO - Pendant tout le temps de l'entretien, jeudi, au centre d'entraînement de l'ASM, à La Turbie, il a joué avec un ballon, le balançant d'une main à l'autre, entre ses jambes. Personnage timide mais ambitieux, Jovetic trépigne ; il est temps que ça commence. Après une première saison perturbée par trois blessures, puis des vacances passées à Bodrum, en Turquie, il se sait attendu, comme Youri Tielemans ou Keita Balde. Sur son bras gauche, de nombreux tatouages, un ange qui le protège, un phare, le pont des Soupirs de Venise, ou quelques mots dédiés à sa famille. « Que des choses que j'aime et que je trouve belles », dit-il. Sur son genou droit, la cicatrice de 2010, qui continue malgré lui à le poursuivre. Et dans sa tête, toutes ses statistiques, ses buts et ses « assists » (passes décisives), comme il dit, saison par saison et club par club, qu'il récite instinctivement et sans erreur. Si le Monténégrin de vingt-huit ans pouvait en finir avec les pépins musculaires qui freinent sa progression, il disputerait probablement le classement des buteurs, avec Edinson Cavani et les autres. Ce sera peut-être pour cette saison. Et c'est ainsi qu'il le sent.

« Quand on est international Monténégrin, on passe la Coupe du monde devant la télé. Ça n'a pas été trop dur cette fois ? 
Je n'ai pas vu tous les matches, seulement ceux où j'avais des copains. J'ai regardé ceux de "Suba", de Falcao, de Glik, de Keita, Lemar ou Sidibé. Ça, c'est juste mes copains d'ici, mais j'ai aussi joué avec Agüero à City ou Miranda à l'Inter... À l'arrivée, ça fait pas mal de matches quand même. Le Monténégro est un petit pays et on se bat toute l'année comme des malades pour tenter de jouer des grands tournois. On part de loin, mais on n'était pas loin les dernières fois. J'espère qu'on le fera au moins une fois avant que j'arrête la sélection. Jouer un Euro ou une Coupe du monde, c'est mon rêve.

Subasic est Croate, vous Monténégrin. Il est votre meilleur ami ici. 
On parle la même langue, on vient de la même région, on s'est tout de suite trouvés. Mais je parle aussi anglais, italien et espagnol et, dans ce vestiaire, c'est pas mal. Je suis copain avec tout le monde. Je passe du temps avec "Suba" mais chacun a sa vie ici, il vit avec sa fiancée, moi aussi. On dîne parfois ensemble.

Comment avez-vous vécu votre première saison à l'AS Monaco ? 
Quand je fais le bilan, je la trouve plutôt bonne. Je n'ai pas beaucoup joué, mais le peu de matches que j'ai joués, je pense avoir été bon et j'ai quand même marqué. L'équipe aurait pu faire mieux, et moi aussi. Surtout en Ligue des Champions. C'est notre grand regret, on n'a pris que deux points. Il faudra faire mieux, mais on verra d'abord le tirage au sort car on sera dans le troisième chapeau. On va tomber contre des grosses équipes, j'adore affronter les gros.

«Franchement, marquer huit buts (en Ligue 1, la saison dernière) avec ce temps de jeu, ça me va. Ce n'est pas le ratio que je dois améliorer, c'est le temps de jeu»

Vous avez marqué huit buts en Ligue 1 la saison dernière. Cela vous convient-il ? 
J'ai joué seulement quinze matches de Championnat à cause de plusieurs blessures et j'ai été sept fois titulaire. Franchement, marquer huit buts avec ce temps de jeu, ça me va. Ce n'est pas le ratio que je dois améliorer, c'est le temps de jeu. J'aimerais jouer plus, je sais que je peux apporter plus.

À votre arrivée à Monaco, vous aviez la réputation d'être un beau joueur mais fragile. Malheureusement pour vous elle s'est confirmée. C'est quoi le problème ? 
Je n'en sais rien. Je fais le maximum... si vous saviez. Je suis pro, je fais attention au sommeil, à l'alimentation. Je fais tout pour ne pas casser et avoir de blessures musculaires.

Vous avez changé quelque chose à l'intersaison pour gagner en résistance ? 
Oui j'ai changé quelques trucs. J'ai surtout fait une super préparation, avec zéro blessure, je commence la saison en étant à 100 %. Dans quinze jours, on va attaquer les matches tous les trois jours et je pense avoir tout fait pour être prêt. Mais parfois, tu ne sais pas pourquoi, la blessure arrive.

D'où vient cette fragilité ? 
De ma blessure au genou droit, en 2010 (le 9 août, à l'entraînement), quand j'étais à Florence. Je me suis rompu les ligaments croisés et j'ai aussi eu un problème de ménisque. Je suis revenu à mon meilleur niveau, mais quand vous avez ce genre de blessure, ça entraîne souvent des déséquilibres et des blessures musculaires. Tous les joueurs sont soumis à cela. Avant cette blessure, je n'avais jamais rien,. La saison passée, j'ai eu trois blessures, une au mollet et deux à la cuisse, mais je suis revenu vite. Je récupère mieux, je me sens plus fort.

Vous sentez que c'est la bonne saison ? 
Oui, au fond de moi, cette saison, je la sens bien.

On a du mal à savoir quel est votre positionnement préféré sur le terrain ? 
Je n'ai pas joué sur un côté depuis cinq ou six ans, ce n'est pas mon truc. Ma place, c'est soit en 4-4-2, avec un autre attaquant à côté de moi ; soit comme second attaquant, derrière l'avant-centre. En équipe nationale, j'ai beaucoup de liberté de mouvement et ça ne marche pas trop mal.

Jardim prétend que vous avez un profil similaire à celui de Falcao, qui peut rendre difficile votre association, sauf à jouer contre des blocs adverses très bas. 
On a déjà joué ensemble la saison passée. Je pense que je peux jouer en soutien de Radamel, il est plus un pur n° 9 que moi.

Quelle est votre plus belle saison sur un plan personnel ? 
Je crois que ce sont les deux saisons qui ont suivi ma blessure au genou, à Florence, 2011-2012 et 2012-2013. Sur ces deux saisons-là, je dois être à 27 buts et 21 passes décisives. Je n'ai quasiment jamais été blessé. Ce sont ces sensations que j'ai envie de retrouver. Je sais que je peux faire plus, je sais que les gens attendent plus de moi. Je vais avoir pas mal de responsabilités en ce début de saison, mais je ne sens pas de pression ».

Il peut tout exploser cette saison ? pourvu qu’il ne se blesse pas ??

Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, Lucafmunegu a dit :

Je n'ai pas joué sur un côté depuis cinq ou six ans, ce n'est pas mon truc. Ma place, c'est soit en 4-4-2, avec un autre attaquant à côté de moi ; soit comme second attaquant, derrière l'avant-centre. En équipe nationale, j'ai beaucoup de liberté de mouvement et ça ne marche pas trop mal.

 

C'est plus ou moins ce qu'on se tue à dire depuis la saison dernière : Pourquoi ne pas tenter Jovetic en 10 derrière l'attaquant ? Avec sa qualité balle au pied il fera très bien le boulot et on l'a vu contre Paris le replis défensif n'est pas un problème vu que Glik mis à part c'était notre meilleur défenseur 

Link to comment
Share on other sites

"Je suis très heureux d’avoir marqué et délivré une passe décisive contre Nantes. C’est la meilleure manière de commencer le championnat.Je me sens très bien. J’ai fait toute la préparation avec le groupe, ce qui n’avait pas pu être le cas la saison dernière. C’est très positif."

 

39239645_2166179506747449_38690652049186

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...